gEnRe d’hOmmE

« gEnRe d’hOmme »‘s lyrics by Charles Eric Charrier

Mariage

Sans gène, aucune

J’aime tes rides

Qui apparaissent !

 

La manière dont ton corps

Rend les armes

 

Tu me touches…

 

Les larmes qui coulent

Sur ta joue

Sont une fine réponse.

………………………………………………………………………………………….

J’aime l’eau sur mes mains

J’aime l’eau sur mes mains

Me les laver avec du sable ou de la terre…

J’aime tout autant

Thanos et le cap’tain Marvel

Le ciel et les arbres.

J’ai cru mon Cœur attaqué.

J’ai cru attaquer mon Cœur

J’aime

Mes mains

Mon Cœur

Le chemin.

…………………………………………………………………………..

Plein de Moïse

D’une esthétique rondeur !

Gros, gras et beau.

 

Beaucoup de Moïse

Ouvrent des mers

Invisibles

Où  jadis nageaient

De grands animaux

Sauvages et craintifs.

 

Des surfaces planes

Mâchées de travail

Il fait presque froid.

 

Café du matin

Sous le soleil

Quelque chose de nouveau.

 

C’est l’heure des femmes

Au ¾ plein…

Nomades dans la ville

Distillant, au travers du froid

Et souvent malgré elles

Quelque chose

Reçu la veille

Au profond des entrailles.

…………………………………………………………………………………………

Le Cœur qui cogne

Sous le bruissement

S’infiltre

Le Cœur qui cogne.

……………………………………………………………………………………..

Tryptique

1

Je veux te presser

Et je veux un oui

C’est l’histoire

D’un désir

Qui cache un désir

Qui cache un désir

Qui cache un désir

Qui cache un désir

Qui recouvre une aspiration.

………………………………………………………………………………….

2

PERCUSSIONS

………………………………………………………………………………….

3

Quel genre d’homme es-tu ?

Je suis le cosmos qui essuie

Ce couteau

Qui fait la vaisselle

Et qui s’étonne !

Je suis aussi celui qui ne montre pas assez

Et qui s’étonne encore

Qu’elle ne voit pas.

Quand !

Une pointe vient m’aiguiller !

In té gré.

………………………………………………………………………………………

Ma gorge

Quel est mon nom ?

Qui parle, qui pose

La Question ?

 

Je veux                                             j’aimerais                                               je suis

 

Mon Nom

Est-ce que ma gorge

Veut bien laisser passer

Fatalité….

Bien sûr que non

Juste

Oser

L’expression.

Publicités